MID-ATLANTIC CHAMPIONSHIP WRESTLING #1

MID-ATLANTIC CHAMPIONSHIP WRESTLING #1

12/09/1981

Mid-Atlantic Championship Wrestling

© World Wrestling Entertainment Inc. All Rights Reserved

Jim Crockett Sr. (1909-1973) est un promoteur américain et le père de l’entreprise Jim Crockett Promotions Inc, fondée en 1931. La promotion organise des spectacles de catch dans certains États de la Mid-Atlantic et du Sud-Est des États-Unis comme en Virginie et dans les Carolines. Ancrée à Charlotte en Caroline du Nord, JCP est la pierre angulaire de la fondation de la National Wrestling Alliance en 1948. Bras droit du grand Sam Muchnick (1905-1998), Crockett et sa JCP intègre la NWA en 1952 et peut garder ses territoires. En 1973, Crockett meurt et lègue son entreprise à son fils, Jim Crockett Jr. (1944-2021). L’un de ses fils, David Crockett (né en 1946) fait également partie de l’entreprise. Pour le reste des années 1970, JCP enregistre et diffuse du catch dans les studios WRAL-TV situés à Raleigh en Caroline du Nord. Entre 1978 et 1983, JCP s’étend grâce à un phénomène d’expansion régionale et se produit en Géorgie et au Tennessee. En 1980, Crockett Jr. est élu président de la NWA et en 1981, JCP délocalise ses studios de Raleigh à Charlotte et obtient les WPCQ-TV de NBC. Ainsi naît l’émission Mid-Atlantic Championship Wrestling, présentée par Bob Caudle et par David Crockett en personne. 


– Bob Caudle et David Crockett nous retrouvent donc depuis les studios WPCQ-TV de Charlotte en Caroline du Nord pour cet épisode de Mid-Atlantic Championship Wrestling. Crockett et Caudle sont enthousiasmés par le programme de la soirée et accueillent sans transitions le nouveau NWA World TV Champion en la personne de « Outlaw Ron Bass. En quelques mots, Ron Bass souhaite être un champion du peuple pour qui le public est prêt à débourser de l’argent. Et sans plus attendre, passons au premier combat de cette soirée placée sous le signe du catch. 


MATCH 1 : JAKE ROBERTS & RICKY STEAMBOAT VS JIM NELSON & MIKE MILLER (05:48)

VAINQUEURS : JAKE ROBERTS & RICKY STEAMBOAT

PRISE DE FINITION : BACK SUPLEX

INDICATEUR : **½


Caudle s’occupe des introductions et présente les protagonistes de ce Tag Team match. Jim Nelson n’est autre qu’un futur Boris Zhukov et catche depuis 1980. Son partenaire se nomme Mike Miller et a commencé sa carrière sur les rings de la Floride en 1979. Leurs antagonistes forment un formidable tandem composé de Ricky Steamboat et de Jake Roberts. Lors de son passage sur les rings de la Stampede Wrestling de Calgary, Roberts a participé au tout premier match de l’échelle de l’histoire du catch nord-américain face à Big Daddy Ritter. Entraîné par Verne Gagne et The Iron Sheik, Steamboat est l’une des sensations du moment. Signé par George Scott à la demande de Wahoo McDaniel, Ricky Steamboat fut immédiatement confronté à Ric Flair et offrit des matches de légende qui ne seront égalés que par la plus grande trilogie de l’histoire du catch en 1989. 

Steamboat commence et nous éblouit avec un catch d’une pureté immaculée. Roberts est encore dans ses jeunes années et combat avec une vivacité et une énergie tout à fait remarquable. Jake Roberts catche à l’ancienne et sera plus tard reconnu comme l’un des catcheurs les plus psychologiques de l’histoire. Si Steamboat paraît le plus à l’aise entre les cordes, Roberts est sans conteste le plus charismatique. Nelson et son partenaire se redonnent du poil de la bête et isolent Steamboat de son coin. Celui-ci s’en sort avec un atémi du tonnerre et passe le tag à Roberts, qui nous offre une série de jabs dont lui seul a le secret. La rencontre ne souffre d’aucun temps mort, une caractéristique propre au catch de ces territoires. Le rythme s’accélère et après un bel enchaînement, Roberts en termine avec une souplesse arrière portée avec force, l’emportant eu terme de ce qui fut un très bon match de catch en Tag Team. 


MATCH 2 : « THE RUSSIAN BEAR » IVAN KOLOFF VS TERRY LATHAM (04:45)

VAINQUEUR : IVAN KOLOFF 

PRISE DE FINITION : TOP ROPE BULLDOG

APPRÉCIATION : TRÈS BON SQUASH DE KOLOFF


En ce mois de septembre 1981, Ivan Koloff est l’actuel NWA Mid-Atlantic Heavyweight Champion. Une décennie plus tôt, Koloff brise le règne mammouth de Bruno Sammartino et le laisse pour mort sur le ring du Madison Square Garden alors qu’une émeute est en cours. Au début des années 1980, le natif de Montréal au Québec catche un peu partout sur le sol américain et se forge une réputation de brute cruelle. Son antagoniste s’appelle Terry Latham, talent local qui a commencé le catch en 1975. 

Koloff Finisher

© World Wrestling Entertainment Inc. All Rights Reserved/Courtesy of Pro Wrestling Illustrated

D’emblée, Koloff s’impose avec la force de ses coups mais Latham semble être un plutôt bon catcheur et nous le démontre. Toutefois, Koloff reprends rapidement l’avantage sans se soucier des règles. Profitant de la heat générée par son personnage, Koloff se permet d’être un sale type et saute à pieds joints sur l’abdomen de ce pauvre gars. Il lui assène ensuite une descente du genou depuis la corde du milieu. Malgré tout, Latham en a dans le ventre et réponds à l’Ours Russe avec une bonne série de coups de poing. Cet regain d’énergie est interrompu par un brise-dos de Koloff qui le sèche sur place. Il le hisse dans sa prise de l’ours et lui écrase le dos dans le coin. Tout cela précède un gros écrasement, porté par Koloff du haut des cordes, emmenant avec élan tout le corps de Latham, qui retombe face première contre le tapis du ring. L’arbitre compte trois et Koloff s’arroge une victoire sans grandes difficultés. 


– Caudle et Crockett nous diffusent ensuite les images d’un récent passage de l’émission. Lors d’un  entre Wahoo McDaniel et René Goulet, Roddy Piper était alors intervenu pour permettre à Abdullah the Butcher d’entrer sur le ring pour s’en prendre à Wahoo. Avec un objet contendant, Abdullah a ouvert le front de Wahoo en le plantant de manière répétée et ce, sous les cris hystériques d’un Piper en transe. À cause de la violence de la scène, les images ont du être censurées. 


MATCH 3 : THE SUPER DESTROYER & THE GRAPPLER VS DON KERNODLE & SCOTT MCGHEE (05:38)

VAINQUEURS : THE SUPER DESTROYER & THE GRAPPLER

PRISE DE FINITION : SUPERPLEX

INDICATEUR : **


Les Super Destroyers se composent du Super Destroyer et de The Grappler. Le premier n’est autre que Scott Irwin, qu’on connaît ici en tant que Yukon Eric, partenaire de Yukon Pierre dans les Yukon Lumberjacks. Créant son personnage de Super Destroyer en 1979, Scott a d’abord catché en Floride puis en Géorgie et enfin sur les rings de la Mid-South. Il s’est ensuite associé à Den Lenton, plus connu sous le nom de The Grappler. Également masqué, ce personnage est également né à Mid-South Wrestling. Ils s’opposent à un duo composé de Don Kernodle et de Scott McGhee. Celui-ci a commencé sa carrière à la fin des années 1970 en s’illustrant pour la Championship Wrestling from Florida. Kernodle catche officiellement depuis 1973 et se destine à être l’une des étoiles montantes des Jim Crockett Promotions. 

Le Destroyer commence face à McGhee et le sèche d’emblée avec un coup de genou dans l’abdomen. Scott s’en sort et passe le relais à Don Kernodle, qui couche le Grappler avec un Atomic Drop. McGhee et Kernodle s’entendent bien et catchent avec une solide cohésion. Scott est toutefois stoppé dans son élan par le catch du Grappler. En isolant McGhee de son partenaire, les Super Destroyers cognent avec de grosses manchettes et descentes du coude. Un contre permet à Kernodle d’entrer et de faire le ménage. Celui-ci se dégage d’une souplesse arrière et passe le relais à un McGhee qui s’est remis de ses émotions. Tout feu tout flamme, ce dernier se précipite et fonce tête première dans le piège. Les Destroyers le hissent alors sur la troisième alors et c’est le Super Destroyer qui l’en fait redescendre en Superplex, prise consistant en une souplesse arrière portée du haut des cordes. Aucune chance pour Scott McGhee de dégager l’épaule alors que les Super Destroyers l’emportent au terme d’un bon petit match en tag.  


– Ricky Steamboat et Jake Roberts sont accueillis par Caudle pour une petite promo. En ce mois de septembre, Steamboat est de retour d’une tournée au Japon et fait l’éloge du Puroresu. Roberts prends la parole et glorifie les capacités de son partenaire. Ce duo de choc aimerait maintenant se mesurer à des compétiteurs tels que les Anderson’s et les Super Destroyers. Ils passent le relais à Jay Youngblood et Ron Bass, qui s’associeront en fin de programme. 


MATCH 4 : SGT. SLAUGHTER VS MIKE DAVIS (02:10)

VAINQUEUR : SGT. SLAUGHTER

PRISE DE FINITION : COBRA CLUTCH

APPRÉCIATION : SLAUGHTER RESTE L’UN DES CATCHEURS LES PLUS HAÏS


Avec son sifflet, son chapeau et sa dégaine d’instructeur militaire, Sgt. Slaughter est une caricature tout droit sortie du camp de Parris Island en Caroline du Sud. À cette période, Slaughter sort d’un run absolument parfait sur les rings de la World Wrestling Federation. Un run dont le point culminant a débouché sur le tout premier Alley Fight de l’histoire du catch face à Pat Patterson au Madison Square Garden. Son défi du soir se nomme Mike Davis, garçon qui a connu du succès en Tag Team du côté de la World Class de Dallas au cours des années 80. 

Comme lors de son passage sur les rings de Philadelphie et de New York City, Slaughter est reçu par un chant « Gomer Pyle » mais le sergent reste impassible. Il s’impose sans sourciller avec de sales coups de genou dans l’abdomen de Davis. Slaughter est sans pitié et démolit sciemment ce pauvre gars avec une série de brise-dos. Ole Anderson, alors booker du territoire de Géorgie, se montre en ringside et semble plutôt impressionné par la brutalité du sergent. Sgt. Slaughter l’emporte en moins de trois minutes avec son Cobra Clutch, sa célèbre marque de fabrique initiée lors du Cobra Clutch Challenge dont personne ne s’était réellement dégagé. 


MATCH 5 : ABDULLAH THE BUTCHER W/RODDY PIPER VS RON RITCHIE (01:51)

VAINQUEUR : ABDULLAH THE BUTCHER

PRISE DE FINITION : DESCENTE DU COUDE

APPRÉCIATION : SQUASH TYPIQUE D’ABDULLAH THE BUTCHER


La rencontre diffusée ici a été enregistrée et remonte à une récente édition de l’émission. Accompagné de Roddy Piper, Abdullah the Butcher est sans aucun doute l’homme le plus redouté des territoires. « The Madman from the Sudan » est en effet reconnu comme l’un des pionniers du catch Hardcore. Ce monstre de violence s’est forgé sa réputation en catchant contre Dory Jr. et Terry Funk au Japon et face à Carlos Colon sur les rings de Porto Rico. Une fâcheuse réputation notamment entretenue par sa sanglante obsession d’utiliser une fourchette pour faire couler le sang de ses antagonistes. Ron Ritchie est originaire de Winnipeg, Manitoba au Canada et sera son souffre-douleur désigné. 

Fidèle à son image de bête sauvage, Abby fonce sur ce pauvre gars alors que la cloche n’a même pas sonné. Ritchie est lourdement projeté dans le pupitre des commentateurs alors que la situation est d’ores et déjà chaotique. Tel un psychopathe, Abdullah s’occupe de Ritchie de la pire des manières. Une descente du coude ne suffit pas et, sous les cris de ce fou de Piper, Abdullah the Butcher l’emporte à la suite d’une seconde descente du coude, enterrant les maigres espoirs de Ron Ritchie. 


MATCH 6 : « OUTLAW » RON BASS & JAY YOUNGBLOOD VS RICKY HARRIS & ALI BEY (06:12)

VAINQUEURS : RON BASS & JAY YOUNGBLOOD 

PRISE DE FINITION : POWERSLAM 

INDICATEUR : **¼


Ron Bass a commencé sa carrière en 1971 et a d’abord catché dans la région de la Côte du Golfe. Bass est passé de « Cowboy » à « Outlaw » et s’est ensuite illustré sur les rings de la NWA au début des années 1980. Champion TV de la NWA à la suite d’une victoire face à Greg Valentine, Ron Bass s’associe ce soir au futur partenaire de Ricky Steamboat en la personne de Jay Youngblood. Âgé de 25 ans, Youngblood s’inscrit dans la lignée de ces catcheurs d’origine amérindienne comme Wahoo McDaniel et Chief Jay Strongbow. Ils se mesurent ce soir à un tandem composé de Ali Bey et de Ricky Harris. Celui-ci n’est autre qu’un certain Black Bart. 

Youngblood commence et affiche un catch énergique et plutôt incisif. Ron Bass est tout son contraire et catche à la manière d’un Bill Watts, prônant un style brut de décoffrage et lourd dans l’exécution. Du tandem adverse ne ressort que la performance de Ricky Harris plutôt consistant entre les cordes. Celui-ci fait preuve d’une solide résistance et tient la dragée haute au Champion TV et à son partenaire. Youngblood s’illustre surtout en fin de rencontre avec des atémis qui claquent dans tous les studios de Charlotte. Bey est plutôt transparent et c’est bien Harris qui subit la plus grande part, jouissant à cet égard d’un selling plutôt plaisant. Le combat dure à peu près aussi longtemps que les précédents matches en tag de la soirée et se termine après que Ron Bass ait porté un Powerslam sur Harris. Le duo en ressort acclamé par la foule des WCPQ-TV et l’emporte donc au terme d’un plutôt bon Tag Team match. 


– On conclut cette édition de Mid-Atlantic Championship Wrestling avec quelques promos accordées à Ivan Koloff, Austin Idol et Sgt. Slaughter. Champion de la promotion, Koloff se dit prêt à défendre sa ceinture contre n’importe qui. S’inspirant sans doute des codes de « Superstar » Graham, Idol transpire l’arrogance et la suffisance. Toutefois, c’est bien l’interview du Sgt. Slaughter qui apparaît la plus pertinente. Avec son sifflet, le sergent décadre Caudle et reste dans cette caricature de l’instructeur militaire. 


Il s’agit ici du premier regard consacré à l’émission Mid-Atlantic Championship Wrestling et au catch des Jim Crockett Promotions. Pour résumer, ce premier épisode représente un formidable aperçu de ce que pouvait être le « Southern Wrestling » de la National Wrestling Alliance. 

– Le fil rouge de la soirée semblait être cette ignoble agression subie par Wahoo McDaniel des mains d’un Abdullah the Butcher assoiffé de sang. À cet égard, les images ont été censurées car trop brutales.L’utilisation de TV angles est un concept que les Jim Crockett Promotions maîtrisent et perfectionneront tout au long de la décennie. 

– Champion des poids-lourds de la promotion, Ivan Koloff règne en maître sur ce territoire et brisait ce soir un pauvre gars. Avec son style rugueux et sans fioritures, Koloff a fait forte impression. 

– Après un début d’année parfait du côté de la World Wrestling Federation, Sgt. Slaughter foulait donc le ring des JCP prêt à faire sa loi. Sa présence compose avec un roster déjà plutôt chargé mais compte-tenu de son parcours, c’est un must. 

– Le catch Tag Team était mis à l’honneur, une constante des Jim Crockett Promotions qui ira donner son nom à la Crockett Cup, encore aujourd’hui disputée par les catcheurs de la NWA. Ron Bass et Jay Youngblood, de même que le Grappler et le Super Destroyer n’ont pas fait exception à la règle et ont fourni d’excellents petits matches en tag. 

– À cet égard, ce fut un immense plaisir que de découvrir Jake Roberts en duo avec Ricky Steamboat. Le tandem fait rêver et on comprends pourquoi. L’association garantit du bon catch et c’est tout ce qui compte. C’est d’ailleurs le ressenti global rencontré du début à la fin du programme. Le catch des Jim Crockett Promotions est avant tout un catch d’une excellente facture. On n’en doutait pas une seule seconde. 

Nathan Maingneur

Les commentaires sont fermés